LUC EWEN
   


LUC EWEN, "inventaire d'une fugue non-préméditée"  
Luc Ewen est un grand alchimiste de l'image doublé d'un mystificateur. Déjà avec« L'homme de Blar» en 2000, le binôme nous a démontré par le biais de cette expérience d'anthropologie virtuelle, à quel point il aimait jeter le trouble dans les esprits et que la photographie pouvait allégrement s'éloigner de la vérité historique et du réel. Dans le cadre de ses expérimentations personnelles, Luc Ewen est tout aussi prompt à leurrer notre perception des choses. La série « Teardrop and brainstorm » en est un exemple éloquent. En intervenant sur l'image, le photographe lui donne une poétique et une portée symbolique et mystérieuse. Il s'agit également ici d'une sorte de mise en abime puisque Luc Ewen a photographié les clichés originaux dans une exposition, a retravaillé les supports polaroïds, jouant savamment avec le rendu des reflets, accentuant ça et là, le côté suranné des images et leur a, in fine, insufflé par une alchimie mécanique et d'habiles triturations, une seconde vie esthétique. Ces modifications constituent l'essence même du travail photographique de l'artiste.
   
LUC EWEN, Autoportrait    
Luc Ewen autoportrait
 

 

     
 


Comme toutes les rencontres qui ont un sens quelconque, celles-ci se doivent d’être naturellement fortuites. A déraison d’ailleurs car il faut que les éléments se contrecarrent dans leurs effets significateurs. Mais ou se situent donc, paradoxe ou non, les contradictions? Nulle part ailleurs que dans le choc des substances et des matériaux utilisés au gré des aventures de l’artiste. Celui-ci est sans doute le premier à ignorer délibérément le but initiatique de sa quête car il se croit légitimé par le seul exercice gratuit de sa méthode à refuser qu’on lui prête la moindre intention de recherche autre que celle qui se rapporte strictement à la forme. Mais point ne doit-on lui tenir rigueur, il faudrait être pour cela un exégète odieusement arrogant. Au contraire, il nous faut entrer dans le jeu de ce manipulateur au malice mal assuré car celui-ci va se retrouver avec nous, ses proies, dans le manège qu’il a créé et qui lui échappe à dessein.
François Olivieri