Monument pour les mineurs et les sidérurgistes

 
     
  La symbolique de la place du marché de Differdange

Cela fait depuis plusieurs mois que nous vous parlons de l'évolution des travaux de rénovation de la place du marché de Differdange ... et voilà, elle est maintenant presque finie. À part quelques petits travaux de finition tels que de placer des pavés autour de monument et quelques bacs avec des arbres pour parachever l'ensemble, tout est parfait. Nous nous demandons toutefois si tout le monde comprend bien cette «nouvelle» place et sa symbolique. C'est pourquoi nous avons rencontré M. Marco Bidaine, de l'atelier d'architecture Beng, qui, avec les responsables de la commune, le bureau d'ingénieurs Schroeder et associés ainsi que le sculpteur Pitt Brandenburger, en a conçu le plan de rénovation.
     
 
     

Avant toute chose, prenez bien le temps d'observer cette place dans ses trois dimensions car la place est avant tout un espace urbain et non une surface en deux dimensions. C'est pourquoi nous vous proposons des photos prises d'en haut. Vous pourrez ainsi mieux suivre les explications architecturales.

Toute sa symbolique est axée sur le passé minier et sidérurgique qui a contribué à la prospérité de la ville et qui aujourd'hui lui exprime ainsi un témoignage reconnaissant.

Que représentent toutes ces lignes, de couleurs différentes, qui sillonnent la place ?

Les grandes plaques de couleur rouge symbolisent avant tout la terre, chargée de minerais. Les bandes transversales blanches, dans le sens de la largeur, représentent les galeries creusées par les mineurs. Normalement, devant chaque «galerie» devraient être fixées des plaques avec les noms des galeries majeures. Ce travail de concertation pour savoir quels seront les principaux noms à attribuer se fait en concertation avec les mineurs ... il s'agira ainsi pour eux de «s'approprier» quelque peu cette place.

Il faut encore remarquer que d'un point de vue architectural, on voulait que les grandes lignes correspondent à l'aspect parcellaire de la place. C'est ainsi qu'elles démarquent de grands blocs architecturaux.

 
   

Et la ligne en zigzag sur la longueur?

Outre le fait qu'elle représente la veine principale du minerai, elle symbolise aussi une idée de promenade sur la place, afin que sa traversée ne soit pas rectiligne. Les lumières «spot» doivent en fait suivre son cheminement et la mettre en valeur.

Donc, tout comme le monument, il s'agit d'une place à la mémoire du passé minier de la cité ?

En effet, il s'agit de faire un tout avec l'œuvre monumentale de Pitt Brandenburger. Les deux aspects, horizontal et vertical, sont ainsi représentés et les gardiens, avec les pierres du mineur notamment, sortent de terre pour venir témoigner et rendre hommage au travail des ouvriers mineurs et sidérurgistes.

Comment a été déterminé l'emplacement de l'œuvre monumentale?

Par une étude en perspective. Lorsqu'on étudie les différents axes qui mènent à la place, on se rend compte qu'il y a un point particulier qui est vu en premier d'où que l'on vienne. C'est donc là qu'il a été décidé de mettre la statue.

En prenant cette logique, elle offrait encore l'avantage de laisser libre quasiment l'ensemble de la place pour pouvoir y organiser différentes manifestations, tels des marchés par exemple, ce qui lui rendrait sa destination originelle. Je verrais déjà très bien un superbe marché de Noël y prendre place cet hiver.

En été, les cafés et restaurants peuvent également s'étendre en proposant de vastes terrasses, avec un aspect sécuritaire non négligeable.

 

En fait, comment peut-on définir le concept architectural de la place du marché?

Nous avons voulu que la structure géométrique du revêtement de sol réunisse les façades opposées de la place et ce malgré la rue qui la traverse. Car une place se définit par les façades qui l' entourent. C'est ainsi que nous avons opté pour une trame perpendiculaire à la longueur en vue d'élargir visuellement la place.

Ce système d'axes souligne ainsi le bâti autour de la place et lui procure une troisième dimension.

Pensez-vous que les Differdangeois comprennent à première vue et sans explications ces différentes dimensions architecturales et symboliques de la place?

Je ne sais pas si l'important est dans le «comprendre». Les explications que nous donnons restent de l'ordre de la théorie et de la volonté de parvenir à quelque chose qui fasse que l'on transcende l'aspect formel. Pour moi, l'important c'est que les Differdangeois se sentent bien sûr cette place, je me mets plutôt dans la logique du sentiment.

Jean-Claude Javaux, ECHO n°104 octobre 1999


Les gardiens de Differdange    

Depuis quelques semaines, les Differdangeois peuvent admirer une œuvre originale, monumentale et symbolique sur leur «nouvelle» place du marché. Sa conception est née du travail et de l'imagination de l'artiste sculpteur luxembourgeois Pitt Brandenburger. Pour répondre aux nombreuses attentes du public quant à la compréhension de cette représentation artistique érigée en mémoire du passé minier et sidérurgique de Differdange, nous avons rencontré l'artiste. Il nous explique les lignes forces de son travail et la volonté à la fois symbolique, conceptuelle et sacrée qui est à l'origine de sa création.

D'entrée, précisons que l'œuvre de la place du marché relève d'un thème sou vent exploité par l'artiste: celui du gardien, du souverain. Personnages symboliques et mystiques par excellence, ils rappellent les archontes des temps anciens, les sphinx philosophes qui gardaient les temples égyptiens, les gardes des portes de la «Flûte enchantée» de Mozart. ..

Il s'agit ici de deux grands gardiens de la mémoire du passé sidérurgique et minier qui a contribué à la prospérité de Differdange. Construits selon la théorie pyramidale, leurs bases, solides et larges, représentent l'investissement humain qui a permis au sommet la tête du gardien de briller.

Ce témoignage n'est pas une œuvre inerte ... bien au contraire, elle a vocation d'interpellation, de cheminement, d'ouverture de la conscience des générations actuelles au tribut payé par les «anciens», à leur sacrifice.

Comme l'ensemble de l'œuvre de Pitt Brandenburger, celle-ci mérite que l'on s'y attarde pour sonder son sens profond, et ainsi y éveiller notre âme à sa dimension sacrée.

La maturation du projet

Comment est née l'idée de cette création originale ?

J'avais tout d'abord été contacté par l'architecte qui avait pour mission la rénovation de la place du marché. Au début du projet, il avait l'idée de placer deux grands panneaux, l'un en métal et l'autre en pierre sur lequel l'eau coulerait. J'ai très vite eu des difficultés à imaginer une sculpture à côté ... vu la dimension de ces panneaux, elle aurait été «écrasée». De concert avec l'architecte, j'ai donc fait une nouvelle proposition qui a eu son agrément.

Le choix d'un matériau spécial -le corten- fera évoluer l'apparence globale de l'œuvre ...

Effectivement, en rappel des deux grands panneaux du départ, idée de l'architecte, il reste un mur en corten, où l'eau coule dessus, et qui va rouiller avec le temps. Cette pellicule va d'ailleurs lui servir de protection.

Les deux grands gardiens

Quelle est la symbolique dégagée par votre œuvre ?

Il Y a donc ici deux sculptures. Elles se ressemblent par un grand point commun: toutes deux ont une large base et elles montent d'une façon conique en se res serrant.

La base symbolise les ouvriers qui ont permis au pays de prospérer par leur labeur au sein des deux activités, miniè re et sidérurgique.

Plus l'on monte, plus l'œuvre devient élancée, étroite et plus les matériaux deviennent «précieux». C'est ainsi qu'une utilise les métaux suivants, du bas vers le haut: les pierres, le bronze et le bronze poli l'autre: l'acier, le bronze et le bronze chromé.

 

 

 

Une interactivité avec le public

Vous avez voulu également que les Differdangeois s'approprient votre œuvre ...

En effet, je voudrais que les spectateurs entrent en contact avec la sculpture. C'est bien sûr un monument, mais il ne doit pas être «à part»; il est là pour les gens, avec les gens. C'est pourquoi ils peuvent la traverser, s'asseoir dessus. Pour le mineur, il est possible de passer en dessous. Il faut toutefois se baisser, cela pour rappeler que les ouvriers qui travaillaient dans les mines travaillaient souvent courbés et étaient quasiment soumis, comme sous un joug. Les pierres à la base sont là en rappel de la pierre des mines. Au milieu de ces pierres, il y a une vingtaine de casques symbolisés, en divers métaux (qui représentent les différentes nations) et de tailles différentes, en mémoire des ouvriers qui ont trouvé la mort dans les mines. Pour rappel il y avait en moyenne 1,2 ouvrier qui succombait par mois dans les mines.

Plus haut, il y a la coupole, en forme d'arc, qui dessine le gardien, celui qui protège la mémoire des mineurs. Les deux lignes en rectangle de petits morceaux en inox qui ressortent sont là pour figurer les explosifs employés dans les mines.

En observant le casque, on remarque qu'il a des œillères et que la nuque est en vague, en forme de queue de cheval. .. ceci pour évoquer cet animal qui a, lui aussi, tra vaillé dans les mines.

Évoquons maintenant le gardien qui nous parle de l'activité sidérurgique ...

Pour le monument en mémoire de la sidérurgie, il y a, à la base, les deux hauts fourneaux qui sont un peu décalés et qu'il faut traverser en se plaçant un peu de biais. Ceci pour rappeler le danger qui était constamment présent dans la vie des sidérurgistes.

Au dessus, il y a également la coupole qui protège l'ensemble et figure le gardien. La tête rappelle le casque des sidér urgistes.

Le mineur a une tête de couleur dorée, c'est un peu comme les pyramides de l'ancienne égypte qui avaient leurs pointes en or, il faut y voir aussi cette dimension symbolique.

Pourquoi vos gardiens ont-ils la tête un peu renfoncée dans leurs épaules ?

En tant que gardiens, ils sont un peu sou mis, eux aussi ... Ils sont fixés là sur la place, ne peuvent pas bouger car ils ont une fonction à exercer: ils gardent un souvenir.

Vos deux gardiens sont encore plus impressionnants la nuit : ils me font penser à la statue du Commandeur dans Don Giovanni ...

En fait, par leur prestance, presqu'inquiétante la nuit car relevée par un éclairage indirect, ils témoignent d'une grande idée de la force qui soustend leur symbolique.

Jean-Claude Javaux, ECHO n°104 octobre 1999